Zannettacci Cyril

Parler à ceux que l'on n'écoute jamais

Nouveau produit

PRIX CARITAS PHOTO SOCIALE 2021

  • Éditeur : Fiiligranes Éditions, 11/2022
  • Co-production : Prix Caritas Photo Sociale, 11/2022
  • Français - Broché avec rabats
  • 72 photographies en couleurs - 80 pages
  • ISBN : 978-2-35046-591-3

Plus de détails

5 Produits

18,96 €

En savoir plus

C’est au cœur d’une unité de soins pour sans-abris que le photographe Cyril Zannettacci assiste en 2021, au déferlement de l’épidémie du Covid-19. Situé à Nanterre, aux portes de Paris, le Centre d’Hébergement et d’Assistance aux Personnes Sans-Abri (CHAPSA), lieu unique en France, accueille et accompagne des sans-abris dans un parcours de soin. Avec ses airs d’hôpital abandonné, le centre accueille des sans-abris depuis la fin du IXe siècle. N’ayant pas les mêmes ressources, ni la même réputation que la médecine classique, la médecine sociale souffre d’un manque considérable de moyens, de budgets et d’effectifs. Rationnement, voire disparition de certains produits d’hygiène, locaux vétustes, WC condamnés depuis des mois, équipe de nuit réduite à une infirmière et une aide-soignante pour quarante-huit patients…

À la tête du service médical, la docteure Valérie Thomas est à deux doigts de rendre sa blouse : aujourd’hui cet établissement hybride est au bord de la rupture. Elle déplore non seulement le “mépris d’État envers ceux qui soignent les plus pauvres”, mais aussi l’injustice liée à la dégradation des services atteignant son paroxysme depuis l’épidémie. Elle “voit bien, comme ses équipes, le fossé qui sépare la médecine sociale de la médecine classique dans notre système de santé (…) il n’est pas aisé de trouver des subventions pour notre public, qui n’a aucun poids politique. Il est toujours plus facile financièrement de tenir une clinique à Neuilly qu’un centre pour sans-abri à Nanterre”.

Accessoires