Français. Né à Lourdes en 1950. Vit et travaille à Paris.
Représenté par la Galerie VU'.
« Que sont les objets dévoilés par les obscures photographies de Jean-Michel Fauquet ? En filant la métaphore ombilicale, je dirais que ce sont des images d’accouchement, ou plutôt des images originelles, de sorte que les objets ont l’air à la fois très anciens et proches d’une violence à l’origine des choses. C’est pourquoi ils semblent mystérieux car, comme les photographies elles-mêmes, ils relèvent d’oppositions, de profondes incertitudes. Les instruments mécaniques, tous à l’aspect menaçant, sinon franchement transgressif, semblent si vieux et étrangers que leur fonction a été perdue au fil du temps, et pourtant nous les reconnaissons et même nous nous les rappelons. Ils semblent venir d’une époque où la science en était à ses balbutiements, quand son pouvoir de destruction ou de salut était inconnu. A nouveau, comme au tout début de la photographie. De la même façon, les objets les plus banals, comme une veste sur une chaise ou des escaliers, sont arrachés de leur contexte et rendus tout à la fois neufs, étrangers, monstrueux, et anciens. C’est une expérience archaïque au-dessous ou au-delà du niveau de l’histoire, pas tout à fait archétypale mais toujours là. Ce n’est pas vraiment important que le photographe ait tout mis en scène, ait tout inventé. Ce n’est pas vraiment lui, après tout, mais quelque chose de moins personnel, de plus exigeant.»

Extrait de Lyle Rexer, « Positif en négatif », Jean-Michel Fauquet. Kaïros, Haim Chanin Fine Arts, 2007.

Grid view
List view