Miho Kajioka, photographe japonaise qui expose pour la première fois à Paris, à la Galerie VU', pose un regard personnel et intimiste sur la catastrophe vécue par son pays il y a 5 ans déjà. Née en 1973 à Okayama, au Japon. À 18 ans, elle s’installe en Californie, où elle étudie au San Francisco Art Institute, d’abord en section peinture, puis, peu à peu elle s’oriente vers la photographie. En 1995, elle s’installe à Montréal, au Canada, où elle poursuit sa formation en arts à Concordia University. Après son diplôme, elle retourne au Japon et exerce comme journaliste, productrice, documentariste, notamment pour des télévisions et médias étrangers. Après un an à couvrir la catastrophe de 2011 sur la côte pacifique de Tokohu – le séisme, le tsunami, la catastrophe de Fukushima –, pour une télévision brésilienne, elle décide de revenir à la photographie et à la pratique artistique. Elle expose dans divers pays à travers le monde, est lauréate de plusieurs prix, en particulier en Europe (Grande Bretagne, Allemagne, France, Italie,…), où elle participe aussi à des résidences (Norvège).

Grid view
List view